blue flower

La Tourbière de Villeneuve d'Amont

 

Dans la tourbière de Villeneuve au lieu dit Le Marais

tourbiere1

 

Les tourbières, zones humides, très particulière, abrite une faune et une flore caractéristiques : leur microclimat froid a permis le maintien d'espèces boréo-arctiques (espèces animales ou végétales que l'on rencontrent essentiellement dans les régions nordiques de l'Europe et que l'on peut retrouver sous nos latitudes dans des milieux très particuliers à climat rigoureux , tourbières, combes à neige, crêtes exposées aux intempéries). Importants réservoir hydriques, les tourbières ont un rôle régulateur dans la circulation complexe des eaux superficielles et souterraines de la région et leur microclimat contribue à limiter les risques de sécheresse dans les secteurs voisins.

 

Enfin ces milieux acides gorgés d'eau sont particulièrement favorables à la conservation de la matière organique : pollens et spores, troncs d'arbre, restes d'insectes dont l'étude est précieuse pour comprendre les variations de la flore et le faune, donc du climat au cours des quinze derniers millénaires, après le retrait des glaciers. ils constituent donc de véritables musées de notre environnement.

 

Enfin ces milieux acides gorgés d'eau sont particulièrement favorables à la conservation de la matière organique : pollens et spores, troncs d'arbre, restes d'insectes dont l'étude est précieuse pour comprendre les variations de la flore et le faune, donc du climat au cours des quinze derniers millénaires, après le retrait des glaciers. ils constituent donc de véritables musées de notre environnement.

La tourbière de Villeneuve est , elle, particulièrement intéressante, pour la végétation qu'elle abrite. On y trouve en  effet tout un cortège d'espèces adaptées à ce milieu original (dont deux espèces protégées sur l'ensemble du territoire français et une protégée intégralement en Franche Comté) : l'Orpin reprise, le géranium des marais, l'Andromède à feuilles de Polium, la Rossolis à feuilles rondes et le Rhynchospore blanc pour ne citer que les plus remarquables.

Conditions d'un maintien de la zone

C'est la présence permanente de l'eau qui conditionne le maintien de cette végétation originale. Toute opération de drainage ou d'assainissement est donc à éviter dans la tourbière et au sein des prairies humides environnantes. Il en est de même des épandages d'engrais qui, en enrichissant le sol, pourraient causer le remplacement des espèces caractéristiques par d'autres, plus banales.

Fiche signalétique de quelques plantes

La Rossolis à feulles rondes

tourbiere3

On peut découvrir cette petite carnivore en tourbière, au milieu des tapis de sphaignes baignés d'eau plutôt acide. Comme chez les autres espèces de Rossolis , les feuilles,  rondes chez cette espèce, sont hérissées de filaments terminés chacun par une goutte de liquide gluant. Les insectes, attirés par le liquide, sont piégés à la surface des feuilles pour être ensuite lentement digérés. Cette plante, peu fréquente en France du fait de la rareté des milieux qu'elle confectionne, est protégée sur le territoire national. 

L'Andromède à feuilles de Pollium

andromede

Elle appartient à la même famille que la Myrtille. Elle se reconnait aisément à ses fleurs roses en clochettes et ses feuilles étroites d'un vert sombre sur le dessus et blanchâtre en dessous. En France, c'est une plante très rare que l'on ne rencontre que dans certaines tourbières et qui bénéficie à ce titre d'une protection intégrale sur le plan national.

Le Géranium des marais

geranium

Il épanouit ses fleurs purpurines de juin à août dans les près humides et au bord des ruisseaux de préférence sur le sol calcaire. Une quinzaines de localités ornent encore les près humides de Franche Comté où la principale menace est le drainage. Sa rareté en Franche Comté lui vaut d'être protégé à l'échelle régionale